Published by

Il y a 7 ans -

Temps de lecture 3 minutes

Mesurer la Prédictibilité en Kanban – Part II : Le Débit des Cartes

La transformation des équipes ou organisation vers les méthodes agiles et particulièrement Kanban ou ScrumBan prend de plus en plus d’ampleur dans l’écosystème des organisations.

 Cette adhésion, ou la volonté d’expérimentation, des organisations aux méthodes Kanban est portée par la capacité d’un système Kanban à produire des métriques permettant une visibilité forte sur la capacité des équipes projet à tenir leurs promesses.

 Une des métriques les plus intéressantes reste sans conteste la prédictibilité, dont vous pouvez retrouver un retour d’expérience dans l’excellent article de Yannick Quenec’hdu "La Prédictibilité au pays de kanban".

La prédictibilité est mesurable via deux métriques, le Cycle Time et le Débit des Cartes.

La première partie de cet article "Mesurer la Prédictibilité en Kanban – Part I : Le cycle time", a décrit le processus de calcul de la prédictibilité via le cycle time des cartes (Stories, Anomalies).

 Dans cette suite, je vous propose une autre façon de mesurer votre prédictibilité, au travers du débit des cartes kanban.

Le Débit des cartes

Le débit représente le nombre de fonctionnalités (ou Cartes Kanban) ayant été validées (selon la Definition of Done), sur une période définie (jours ou semaine). 

Il est possible de distinguer le débit en fonction du type de Cartes à traiter, comme les User Stories ou les Anomalies, mais l’objectif principal de cette mesure est d’identifier la capacité du système à produire de la valeur Métier ou réduire la dette technique.

La Prédictibilité par le Débit

La mesure de la prédictibilité par le débit nous offre également une indication assez fiable de la date prévisionnelle d’atterrissage de notre Release.

Le calcul de base est simple et tient compte des éléments suivants :

Capture-d’écran-2013-11-06-à-15.40.01.png

La formule appliquée est la suivante :

Capture-d’écran-2013-11-06-à-15.40.12.png

Nous divisons simplement le nombre de Stories restant à réaliser, ainsi que le nombre d’anomalies à corriger, avec une estimation du nombre d’anomalies prévisionnelles que nous serions amenés à avoir et tenant compte du ratio d’anomalies/story terminée.

Le débit est calculé sur une semaine (5 jours ouvrés) et nous fournit donc le nombre de semaines nécessaires afin de réaliser l’ensemble de notre Backlog de Produit.

Jusque là rien de compliqué, sauf que le débit est mesuré sur la capacité d’une équipe sur une période. Qu’en est-il de la fiabilité du débit lorsque cette capacité vient à baisser ou augmenter ?

Afin de pallier ce risque, la charge de l’équipe ayant permis de mesurer le débit, ainsi que la charge de l’équipe sur laquelle doit se baser la prédictibilité doit être prise en compte, ce qui nous donne la formule suivante :

Capture-d’écran-2013-11-06-à-15.40.17.png

Ou

Capture-d’écran-2013-11-06-à-15.40.08.png

Reprenons les données utilisées sur le cycle time et voyons ce que cela nous donne :

Capture-d’écran-2013-11-06-à-15.40.22.png

Conclusion

Tout comme le cycle time, le débit des cartes est un élément puissant et fiable dans la mesure de la prédictibilité d’un projet.

Le résultat obtenu reste proche de celui mesuré via le cycle time, mais cela n’est pas systématiquement le cas. Un retour d’expérience, portant sur plusieurs projets IT a démontré un écart pouvant aller jusqu’à 6 jours.

L’essentiel reste donc bien de mesurer, non pas une date d’atterrissage au jour près, mais bien une tendance de la performance de notre système Kanban et la capacité de l’équipe à tenir ses promesses.

Published by

Publié par Couthaïer Farfra

18 années d’expériences, dont 14 années en pilotage et direction de projets Mainframe et NTIC (Forfait, Assistance Technique, TMA, Centre de Services). Depuis 2009, j'ai découvert avec enthousiasme le monde de l'agilité, au travers de la réalisation de projets IT Scrum ou je suis intervenu en tant que Scrum Master et Consultant Agile (Crédit Agricole S.A., GENERALI, Banque de France, CNSA). En 2012, j'ai rejoins la société XEBIA ou j'interviens en tant que Consultant et Formateur (BI-SAM ; Voyage SNCF.com ; SFR ; Française Des Jeux ; Europcar ; AXA) sur les pratiques Agile et plus particulièrement le Kanban.

Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Sapient, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.