Published by

Il y a 10 ans -

Temps de lecture 4 minutes

Architecture : Tous sur le pont dès le début

Nous avons vu dans un précédent billet que le rôle de l’architecture pouvait être remis en perspective à travers la poursuite de trois objectifs : Etre Connecté aux objectifs métier de l’entreprise ; Assurer la Cohésion des solutions ; Accueillir favorablement le Changement. Voici un nouveau principe à appliquer afin d’atteindre ces objectifs. Ce principe a été introduit par James O. Coplien et s’intitule « Tous sur le pont dès le début ».

L’essence de ce principe est que l’ensemble des parties prenantes d’un projet doit être impliqué dès le démarrage de ce dernier.

Un contre exemple, malheureusement assez répandu, de ce principe est de n’impliquer les opérationnels (les exploitants) qu’à la veille de la mise en production d’un système. En procédant de la sorte, il est inévitable que l’on réalise, au dernier moment, donc trop tard, qu’il manque des éléments essentiels pour que le système soit exploitable correctement : les fonctionnalités de maintien en conditions opérationnelles (administration, supervision, maintenance, etc.). Résultat des courses : face à la pression du métier pour mettre en production le système sans délai supplémentaire, les opérationnels vont être acculés et contraints de gérer un système insuffisamment outillé. C’est le meilleur moyen pour placer la (future) coopération entre les opérationnels et les autres parties prenantes sous des auspices défavorables …

Impliquer tout le monde dès le début

Etre « tous sur le pont dès le début » signifie donc que dès le démarrage d’un projet, toutes les parties prenantes sont impliquées et contribuent à la définition du système. Ces parties prenantes peuvent être (sans aucune exhaustivité) : le métier, les utilisateurs, les équipes IT, les opérationnels, l’hébergeur, les équipes de QA (assurance qualité), etc.
Tous ces acteurs doivent contribuer à la définition du système :

  • En exprimant des exigences (fonctionnelles ou non).
  • En faisant profiter les autres de leurs expériences d’autres systèmes :

Ainsi, ils prennent part aux décisions et les challengent. Ils apportent un éclairage complémentaire. Par exemple, ce n’est pas parce qu’une fonction peut être automatisée qu’elle doit l’être (Si le coût d’automatisation est élevé mais que cette fonctionnalité n’est que rarement mise en œuvre dans la pratique, ce ne sera pas rentable de le faire).
Impliquer l’ensemble des acteurs suffisamment tôt dans les échanges permet d’accélérer les prises de décision et d’identifier plus clairement (et à temps) les risques qui nécessitent d’approfondir certains points.

Un rôle crucial pour l’architecte

L’architecte Lean a un rôle crucial à jouer dans l’application de ce principe :

  • L’architecte Lean doit user de ses compétences sociales de facilitateur pour fluidifier les échanges.
  • L’architecte Lean doit consigner, résumer et documenter les décisions prises collectivement.

Ce ne sont plus seulement ses compétences softwares qui doivent être mises à profit. En utilisant ses connaissances techniques, il doit s’assurer que toutes les exigences reçoivent l’attention qui leurs est due. Si certains aspects de la définition du système ne sont pas abordés par l’une ou l’autre des parties prenantes, c’est à lui de mettre le sujet sur le tapis.

Le grand bénéfice de cette approche est d’obtenir immédiatement (au plus tôt) l’engagement de l’ensemble des parties prenantes à contribuer à la réussite du projet. En effet, tous les acteurs impliqués connaissent la vision et y adhèrent en toute connaissance de cause parce qu’ils savent pourquoi les décisions ont été prises (ils ont été impliqués dès le début dans le processus de prise de décisions).
Cette adhésion de tous à la vision éliminera de nombreux ergotages lors des phases suivantes de mise en œuvre du système.

La poursuite des 3 C

L’application de ce principe permet une meilleure Connexion avec le métier puisque ses représentants échangent autour de leur vision et de leurs exigences avec toutes les autres parties prenantes au plus tôt. Ainsi, la vision ne sera pas perdue ou trahie en cours de route comme c’est souvent le cas lorsque l’on applique l’anti-pattern « Thrown Over The Wall ».

D’autre part, dès le démarrage, le projet est envisagé depuis différents points de vue (par les différentes parties prenantes). De ce fait, les décisions de design et d’implémentation tendront vers des solutions en Cohésion avec les environnements de chaque partie prenante.

Enfin, l’expérience collective du SI (issue du partage des expériences de tous) permet de mieux envisager les différents aspects susceptibles de changer. Il est ainsi plus simple de déterminer où un effort particulier doit être fait pour se préparer à accueillir le Changement.

 
 


Traduction libre du billet « Lean Architecture Principle #4: All Hands on Deck early on » publié par Gero Vermaas sur blog.xebia.com.

Published by

Commentaire

1 réponses pour " Architecture : Tous sur le pont dès le début "

  1. Published by , Il y a 10 ans

    Si je partage et, surtout, applique ces recommandations au quotidien (on peut faire du lean sans le savoir dirait M. Jourdain), je trouve que cette définition d’architecte colle plus à celle d’un chef de projet qu’autre chose…

    Intéressant tout de même, merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous recrutons

Être un Sapient, c'est faire partie d'un groupe de passionnés ; C'est l'opportunité de travailler et de partager avec des pairs parmi les plus talentueux.